Des réflexions littéraires Lecture

#Réflexions littéraires. Les limites de la romance moderne

Salut les amoureux des lettres, bienvenue dans cette nouvelle réflexion littéraire. Et aujourd’hui, nous allons parler de romance moderne, du moins des limites que le genre s’est imposé au fil des années.

La romance moderne ?

La romance moderne ou la romance contemporaine est une histoire d’amour se déroulant à notre époque, rien de plus, rien de moins. Quand j’évoque le mot romance moderne ou new romance certains d’entre vous auront peut-être imaginé des récits pleins de stéréotypes, les aventures d’un goujat et d’une fille simplette, un triangle amoureux improbable, un coup foudre sorti de nulle part et j’en passe.   Pour cause quand je pense à la romance moderne, je ne pense pas à des histoires d’amour contemporaines mais à un genre très codifié.

Des codes ? 

Au fil des années la romance contemporaine s’est imposée des codes, un style et aborde souvent les mêmes thématiques. Tout d’abord, parlons de la codification du genre (nb : par code j’entends tous les éléments d’écriture qui composent de façon systématique ou presque le  registre.) Par exemple l’histoire de la belle et du bad boy.  C’est un schéma narratif classique dans la new romance, c’est même du vu et du revu. Et par bad boy, je n’entends pas forcément le délinquant ou le gangster mais juste le mauvais ou le méchant garçon. D’une façon plus globale, ces histoires sont composées d’une relation dominant/dominé, ou dominante/dominé.
Il y a d’autres codes plus basiques et tout aussi fréquents. C’est souvent des relations de bureau, l’héroïne a souvent une meilleure amie qu’elle considère comme une sœur. Elle a souvent un ex avec qui l’a beaucoup fait souffrir et un ex qui finit par revenir dans l’histoire ou celle-ci a souvent un passé douloureux dont elle ne veut pas parler etc. Je vous donnerai mon avis sur tout ça, après pour l’heure parlons du style.

Un style

Le style est souvent le même. Ce sont des récits narrés à la première personne, avec deux ou plusieurs narrateurs. Des récits abondants de sentiments, de ressentis, avec une tension amoureuse/sexuelle forte. Il y a aussi des scènes de sexe plus ou moins fréquentes. Ces moments sont décrits de façon explicite ou métaphorique. Les histoires sont parfois entrecoupées de flash-back, de retours dans le passé assez nombreux, il y en a au minimum un flashback dans les œuvre du genre.

Une vision du monde genrée

Pour finir parlons des thématiques. Par « thématiques » j’entends les sujets politiques, sociétales, philosophiques que soulèvent une œuvre ou un registre. Bien que pour parler d’un genre en général, je vais plus parler des idéologies et des images que celui-ci véhicule.
La romance moderne donne une image très genrée de l’homme et de la femme. Par « genrée » j’entends tous les archétypes moraux et physiques qui définissent le genre ou le sexe. Dans les romances modernes l’homme est souvent un homme beau viril, ne pensant qu’au sexe doublé d’un sale type. La femme est souvent une fille fragile, magnifique, névrosée et gentille.
Toutefois je grossis le trait, de plus il y a souvent le phénomène de la « working girl » mais même dans ces cas là, il n’est pas rare que les personnages féminins soient passifs dans le récit.
En ce qui concerne l’idéologie ou le message que ces œuvres véhiculent, c’est souvent que l’amour peut détruire une femme ou un homme et que celui-ci peut les sauver, que même les pires des connards et des connasses peuvent aimer. En clair, que l’amour c’est beau.
Ce ne sont pas les seuls sujets abordés, certains récits traitent des thèmes comme la dépression, le harcèlement, l’amour au bureau, les mariages compliqués, les femmes battues et bien d’autres thèmes. Mais le problème est que ces thématiques sont souvent surfacés  ou peu abordés. Paradoxalement beaucoup d’auteurs se concentrent trop sur la romance. Et personnellement ça restera mon plus grand reproche,  ce registre littéraire ne développe pas d’autres problématiques.

D’autres problématiques ? 

Ou du moins  les seuls enjeux et sujets de fond de l’histoire ne doivent pas être l’amour. L’amour c’est deux êtres, deux univers qui se rencontrent, s’affrontent, pour peut-être s’unir. Par conséquent il y a tant d’intrigues et de sous-intrigues à développer.
En clair, je veux dire que les récits peuvent avoir d’autres problématiques que : ce sont deux amoureux et ils s’aiment. C’est assez normal qu’une histoire d’amour parle d’amour et que ça reste le sujet principal mais ça ne doit pas empêcher l’œuvre de développer d’autres sujets de fond.

Des histoires un schéma

En somme, je trouve que les romances manquent souvent de profondeur, c’est le même schéma, les deux héros sont fréquemment touchés par le coup de foudre. Nous n’avons pas plus d’informations sur les raisons de leur romance.
Ce schéma fait partie des codes que j’ai cités précédemment. Personnellement je n’ai rien contre la réutilisation de certains archétypes scénaristiques tels que la belle et le millionnaire.
Tout dépend de la façon dont l’auteur l’utilise. Gardons l’exemple de la belle et du millionnaire, il pourrait être intéressant de voir une fille qui ne ce contente pas d’être une «belle » et que celle-ci soit une enfant de pauvre qui manipulent le millionnaire ou montrer le poids que représente l’argent.
Généralement c’est juste une fille gentille qui n’a rien demandé et le fait que l’homme soit millionnaire est là juste pour expliquer des facilités scénaristiques. Par exemple d’un coup le couple se retrouve dans un lieu magique et fait un voyage fantastique ect. De plus le simple fait de faire un beau et une millionnaire pourrait changer certaines habitudes.
Toutefois  l’originalité est souvent question de fond, une idée peut être originale dans la forme, mais si l’auteur exploite mal son idée, celle-ci peut devenir un stéréotype parmi tant d’autre. Ça peut être le cas pour une œuvre qui parait cliché au départ, si l’auteur exploite bien l’idée et impose un style d’écriture différant à son récrit, le stéréotype peut devenir une idée originale.

Une message stéréotypé 

En outre, comme dis précédemment la romance moderne est très genré. Il est normal que les auteurs ont une idée précise de la femme et de l’homme modernes. Après tout chacun décrit la vision du monde qu’il perçoit ou imagine et certains le font pour dénoncer une image sociétale. Mais forcé de constater que beaucoup de personnages du registre manquent clairement de volume et ne se différencient que très peu.

En particulier les personnages féminins, je vais le dire sans y mettre les formes mais dans la romance moderne les filles se sont des filles quoi, c’est souvent tout ce qu’elles ont de cratère. Les héroïnes dans la romance contemporaine, manque généralement profondeur, elles subissent l’histoires par conséquent ces dernières sont assez effacées.
Quant à l’homme je vais aussi parler sans filtre pour eux, bien que leur côté mauvais garçon peut faire rire, , je les trouve con, puérile et en tant qu’homme, j’ai du mal à me reconnaître en ces personnages. Ceux-ci sont souvent des êtres méprisables et égoïste.

En conclusion

En s’enfermant dans ses codes et son écriture stéréotypé, la romance contemporaine se limite à un certain public, à cause de son styles genrès peu de garçon se reconnaissent dans les récits et je pense que beaucoup de fille aussi ont mal à se reconnaître dans cette vision du monde, même si le lectorats et les auteurs sont principalement des femmes. Le cliché que représente les protagonistes, pouvant énerver ou agacer certains lecteurs.
Cependant j’utilise beaucoup de raccourcies et il ne faut pas oublier que le genre est assez récent. Celui-ci évolue avec le temps, il y a déjà des histoires qui sortent du lot et des codes, bien qu’encore peu nombreuses à mon goût.
Tout comme le manque de sujet de fond de certaines œuvres que j’ai remarqué. Je tiens  à préciser que certaines œuvres essayent de véhiculer d’autres messages aux  travers de leur romance, même si c’est fait d’une façon un peu maladroite à mon goût, l’effort est là.
De même pour le style, bien que  dans la forme les œuvres sont assez semblables, certains auteurs se démarquent par leur manière de narrer et d’autre osent cassés les codes.  Par conséquent les thématiques abordées varient, même si le genre reste assez refermé sur lui-même.
Pour finir, oui la romance Moderne c’est imposé des limites aux fils des années, mais ils suffit d’une histoire, d’un succès pour pour révolutionner le genre.

Désire de rêveur

Desir De Reveur
<p><em>Rédacteur et squatteur du blog à le petite semaine.<br /> </em></p>
https://www.youtube.com/channel/UC62XcZ3cjRremftRy5FP4iQ

3 thoughts on “#Réflexions littéraires. Les limites de la romance moderne

  1. Article très intéressant. Il est vrai que la romance est un genre très codé dans lequel le fait de s’éloigner de ces codes justement, est risqué. On peut décevoir les attentes des lecteurs par exemple. Ou des lectrices, plus précisément LOL
    Il est vrai que peu d’hommes déclarent aimer lire de la romance. Sont-ils tous honnêtes ? 😉
    En tant qu’homme, justement, y a-t-il une romance qui a trouvé grâce à tes yeux ?

    1. Dans la romance moderne j’ai beaucoup de mal, après j’aime bien le romanesque, et j’ai un côté fleure bleu. Mais je n’aime que peu la romance moderne à cause de ses codes, ça me fatigue de lire de nr, après j’ai rien contre la romance en soit. Beaucoup d’homme déclare ne pas aimer lire la romance, c’est pas forcément vrai, c’est juste que comme j’ai dis l’image véhiculer par la romance et le fait que ce soit nié dérange certains hommes, j’en parlerai peut être dans un autre article.
      De mon côté je lis de la nr, mais très peu trouve grâce à mes yeux, ça arrive cependant. Et oui il est vrai que c’est un risque de s’éloigner de la romance moderne, c’est pour ça que je dis que la nr est à un sucés de la révolution, il suffit d’une oeuvre qui casse les genre et marche pour libérer certains auteurs.

    2. Oui je comprends tout à fait, moi-même je ne lis que peu de NR alors que j’en écris 😂😂 J’adore la romance, depuis toujours, mais certains clichés / codes propres à la NR ont tendance à me fatiguer et ne me plaisent vraiment pas. C’est parfois répétitif et lassant. Pour moi, en tout cas. Mais je comprends tout à fait que ça plaise, il en faut pour tous les goûts 😉
      Après j’essaie de ne pas reproduire les choses que je n’aime pas lire quand j’écris, et de m’éloigner de certains clichés même si je sais que c’est difficile

Comments are closed.

Back To Top