Lecture Les chroniques

Par A+B, de Laurie Delphis

Je remercie Roxane et la Condamine pour leur confiance.

 

Grande gagnante du concours « (N)ever » avec Par A+B sur la plateforme Fyctia et la Condamine, Laurie Delphis nous offre une romance contemporaine dont la plume romantique et intime m’a rapidement séduite. Une suite qu’il me tardait de découvrir.

 

 « Un premier amour peut-il surmonter tous les obstacles ?

Lorsque Ben retrouve Angie quatre ans après leur séparation, il ne peut s’empêcher de se demander si la jeune femme éprouve encore des sentiments pour lui.

Leur histoire d’amour, construite autour de leur passion commune, la musique, s’était terminée abruptement lorsqu’Angie avait décidé de s’en aller sans explication un matin. Devenaient-ils néfastes l’un pour l’autre en s’aimant trop fort ? Se privaient-ils de leur liberté ?

Maintenant qu’ils ont mûri et trouvé leurs voies, aucun obstacle ne semble plus en mesure de les séparer. Du moins, c’est ce que Ben aimerait croire. Mais quand chacun a poursuivi sa route de son côté, est-il possible de ranimer la flamme de l’être aimé ? »

 

Bien que la couverture m’est laissée sceptique, je peux dire que le titre, lui, m’a intriguée. Cette romance touchante et passionnelle nous démontre par a+b que l’amour n’est pas toujours suffisant et qu’un couple se forge et se construit sur la durée. Rencontrer Angie, Ben mais aussi Marco m’a chamboulée car l’auteure transmet des émotions dépeintes avec un naturel et un réalisme captivant. Je me suis attachée à ces personnages mais aussi à cette histoire.

Ben et Angie s’aiment, se quittent, se retrouvent et se déchirent. Mais un matin, Angie prend la douloureuse décision de mettre un terme à cette relation passionnelle, prétextant s’aimer trop pour s’aimer bien. Chacun de leur côtés ils ont réalisé leur rêve, mais l’absence et la souffrance se font de plus en plus insupportables. Quatre ans plus tard, Angie revient en ville et ouvre son café littéraire, celui dont elle a toujours désiré. Mais malheureusement, elle n’est pas revenue seule. Après de nombreuses hésitations et grâce à l’aide de son meilleur ami, Ben franchit les portes du café d’Angie. Ces retrouvailles bouleversantes vont être l’occasion de réapprendre à se connaître et de voir ce qu’il reste de leur amour.

« Mais quand chacun a poursuivi sa route de son côté, est-il possible de ranimer la flamme de l’être aimé ? »

 

Ben est un jeune musicien et compositeur passionné. Réservé et loin de s’épanouir dans la lumière, Ben préfère être dans l’ombre en tant qu’auteur-compositeur. Récemment, il est sur le point de lancer son co-working. A travers ses chansons, il se dévoile comme un personnage attachant et torturé par l’ombre de l’être qu’il a aimé et qu’il aime toujours. Angie, elle, est un personnage discret et fragile. Je dois dire qu’à la différence de Ben, je n’ai pas réussi à m’attacher à elle. Beaucoup trop craintive et frêle, j’ai souvent eu envie de lui faire manger ses biscuits.

Les personnages secondaires ont aussi une place importante dans la vie de nos protagonistes. Nous pouvons mentionner Marco, le meilleur ami, protecteur et taquin pour ne pas dire à l’humour assez lourd. Il n’en reste pas moins un fidèle repère pour Ben dans sa vie professionnelle mais également sentimentale. Leur complicité et la bonté de Marco m’a tout de suite charmée. Il est très rare d’avoir ce genre d’ami, le vrai par définition. On pourrait dire de même pour Céline, la petite gadji de Marco, mais qui deviendra la meilleure amie de Ben et confidente d’Angie. Un duo improbable qui se complète parfaitement. Mais on peut citer également Mathilde, fidèle cliente d’Angie au franc parlé, qui tentera aussi d’ouvrir les yeux à Angie, sur son véritable bonheur.

L’auteure décrit et présente d’une telle façon ses personnages que l’on ne peut que s’identifier à eux. On aime tout simplement leur naturel et leur singularité dans le récit. On souffre, on rit et on grince des dents avec eux.

 

Pour un premier roman, je suis déjà conquise par la plume de Laurie Delphis. Déstabilisante dans un premier temps, puis envoûtante, l’auteure nous offre une écriture toute en originalité et en singularité. Elle manie à la perfection ce choix de narration, mêlant émotions et sensations. Le fait que l’un parle en s’adressant continuellement à l’autre, rend l’écriture personnelle et émouvante. Elle suit le mouvement de l’histoire, évolue au travers des sentiments, des rencontres, des évènements. On grandit avec lui et on se découvre avec elle. C’est avec une grande agilité que l’auteure nous plonge dans l’univers si fascinant de la musique. L’écrivain a su me captiver en accordant musique et récit dans une parfaite symbiose. Chacun répondant à l’autre avec volupté et effervescence.

Quant aux scènes charnelles, elle font monter la température mais en dévoilent juste assez pour nous émoustiller sans jamais tomber dans la vulgarité. Tout contribue pour nous faire passer un bon moment et l’envie de ne plus en sortir.

 

L’histoire nous fait réfléchir sur le deuil de l’être aimé. A travers les retours en arrière, nous pouvons constater les différentes phases du deuil : la dévastation, le sevrage, l’intériorisation et la rage. Le lecteur ressent la rupture du point de vue de Ben et de Angie, lui laissant la liberté de vivre pleinement les émotions et de se forger sa propre opinion.

Ils se sont perdus pour mieux se retrouver, croyant fortement à leur amour. Mais après de nombreuses désillusions, une longue attente et de nouveaux amours, seront-ils se retrouver et s’aimer comme il se doit ?

Toutefois le  récit traite aussi d’un sujet de plus en plus présent dans notre quotidien, avec le personnage de Martin en tant que pervers narcissique. Angie rencontre au bout de trois ans de séparation son fiancé, Martin. Cette personne séduisante, « adorable » et flatteuse mais est en réalité manipulatrice et abject. Dès les premiers rendez-vous, Angie se sent belle, intelligente, spéciale. L’estimant par sa gentillesse et sa générosité, Angie ne voit pas que Martin la contrôle psychologiquement et physiquement. Tantôt en prenant les décisions à sa place, tantôt en la privant de ses proches, prétendant vouloir son bonheur. Mais dès une dispute ou un désaccord il retourne la situation contre elle en la culpabilisant et en la dévalorisant, sans qu’elle ne puisse rien voir. L’amour rend aveugle dit-on, mais doit-on parler d’amour ou de manipulation ?

 

Je peux noter quelques aspects qui m’ont laissés sur ma faim concernant le couple Martin et Angie. L’auteure a fait le parti pris de ne pas trop exploiter ce couple qui pourtant donne un certain plus à l’histoire. Bien qu’elle ait déjà rajoutée des scènes ultérieurement, j’ai été déçue de ne pas en savoir plus. Par ailleurs, avec un livre plus étoffé sur le dénouement, nous aurions pu savourer encore plus le récit et davantage apprécier les différents personnages présents dans la scène finale. Par ce petit manque, nous pouvons avoir l’impression que certains éléments et certains événements sont bâclés arrivés à la fin. L’une des peurs que j’avais en lisant à la deuxième personne était de perdre le fil conducteur de l’histoire. Heureusement, mon impression ne s’est pas confirmée.

 

Si vous hésitez à lire ce livre par l’originalité de la plume, je vous conseille de mettre vos a priori de côté et de tenter l’aventure. Par A+B est une merveilleuse ode au premier amour mélangeant émotions, humour et sensualité, qui donne à réflexion. Pour ma part je n’ai qu’une hâte, faire plus ample connaissance avec l’entreprenante Céline et l’irrésistible Marco.

 

Quand deux personnes s’aiment sans aucune limite, ils peuvent mêler dévouement et sacrifice. C’est alors ici que se limite l’amour. 

 

A bientôt.

FeizaS

FeizaS
<p>Rédactrice et administratrice du blog.</p> <p>Passionnée de tout et de rien, mon esprit vagabonde au fil de mes lectures.</p>
Back To Top