Des réflexions littéraires

#Réflexions littéraires : La nanowrimo

Bonjour les amoureux des lettres, aujourd’hui nous nous retrouvons pour un nouvel article réflexion sur la Nanowrimo. Alors la Nanowrimo  qu’est-ce que c’est ? C’est un événement qui se déroule au mois de novembre. Chaque participant a pour objectif d’écrire 50 000 mots en un mois, ce qui fait quasiment un roman ou presque.

Le but de cet article ne sera pas de vous présenter la Nano, mais d’apporter une légère réflexion et un témoignage sur les points positifs et négatifs de cette initiative. Afin de vous  apporter une critique sur  la Nano, une fois n’est pas coutume, je vais vous parler de moi et de mon expérience avec cette événement.

Mon expérience 

Pour infos, je n’ai pas participé directement à la Nano, c’est-à-dire que je me suis pas inscrit sur le site organisateur et je n’y ai pas publié . Mais ce qu’il y a de bien avec cet événement, c’est que vous pouvez le faire avec des amis ou seul, pas besoin d’être rattaché ou inscrit à une quelconque organisation.
Je l’ai donc fait avec un groupe de trois auteurs, avec pour objectif personnel de finir une histoire et d’écrire de façon régulière.
J’y suis allé sans pression, au début j’ai essayé de suivre le nombre de mots et de paliers exigés. Sachant qu’il faut écrire plus de 1600 mots chaque jour pour rester dans les objectifs, j’ai vite abandonné. J’écrivais un peu chaque jour à mon rythme, quand le temps me le permettait.
Au final, j’ai écrit 37000 mots et j’ai fini mon histoire, et même commencer une autre. Pour l’anecdote nous étions trois, une auteure a écrit très peu mais de façon régulière et une autre a rempli les objectifs.

Ce que j’en tire de positif

Je ne tire pas grand chose de positif de cette expérience . Certes j’ai écrit de façon de régulière, en plus de finir une œuvre dans les grandes lignes. A noter que je n’ai pas publié ce que je faisais   et le fait d’avoir du monde ainsi que d’être en communauté est un plus dans cette action. En effet, avoir un public qui vous lit motive toujours plus pour écrire. Échanger avec des auteurs est toujours utile  parce que, partager son expérience avec d’autres auteurs permet d’échanger des astuces d’écriture, de se soutenir mutuellement, de se lancer des défis etc.
Sans oublier que d’un point vue personnel, j’ai fini un récit qui stagnait depuis longtemps et c’est quand même assez positif. Cependant il y a un détail qui m’a dérangé et qui peut déranger pas mal d’auteurs, le nombre de mots exigé.

La quantité prime sur le qualité 

Pour ceux qui n’écrivent pas, sachez que 50 000 mots en un mois c’est beaucoup. Ce n’est pas démesuré si vous êtes inspirés et que vous avez le temps ou que vous sacrifiez une activité . Mais la majorité des auteurs ont une vie à côté et des loisirs qu’ils ne peuvent pas forcément arrêter. Par conséquent l’autre choix pour atteindre les objectifs et   de négliger la qualité. Dans mon cas, j’ai fait l’impasse sur la qualité et ma foi je n’ai pas aimé ça.
Mais à bien y réfléchir si vous voulez rapprocher du nombre de mot exigé. Sauf si vous avez la possibilité de vous offrir plusieurs heures d’écriture par jour, la qualité sera toujours négligé.
Il est là le gros point négatif, il serait facile de penser que ce n’est pas grave, l’important est d’écrire. Toutefois,  il est fort probable qu’à la fin vous retrouviez avec un manuscrit bourré de fautes et d’incohérences, ce qui est assez décourageant pour la relecture.
Un autre point négatif que j’ai relevé en parlant avec différents auteurs, c’est que l’écriture devient un peu machinale et stressante, surtout si vous voulez atteindre l’objectif fixé. Au début vous pouvez y trouver un peu d’excitation mais au fur à mesure la rédaction devient une corvée.

En conclusion

Malgré mes reproches, je dois quand même saluer cette initiative littéraire . Elle est intéressante et peut avoir le mérite de booster les auteurs flemmards  et hésitants, et peut vous apprendre la régularité. Mais écrire une telle quantité de mots sur un si court délai est assez stressant et fastidieux. Une écriture qui devient machinale, sans passion peut aussi dégoûter plus d’un auteur.
Pour ceux qui se lancent dedans, je vous conseille de le faire sans pression, sans stress, sauf si vous en avez besoin pour rédiger et surtout de vous imposer votre rythme, fixez-vous des objectif raisonnables.
En outre,  je vous recommande de vous assurer que vous avez vraiment le temps pour écrire autant ou de façon régulière, parce que vouloir le faire alors que vous êtes surbookés est une très mauvaise idée.
Voilà c’est tout que j’avais à vous dire, j’espère que cet article vous aura plu ou aidé. Pour les participants à la nanowrimo, je vous invite à partager votre expérience dans les commentaires.

 

Désir de rêveur

 

 

Desir De Reveur
<p><em>Rédacteur et squatteur du blog à le petite semaine.<br /> </em></p>
https://www.youtube.com/channel/UC62XcZ3cjRremftRy5FP4iQ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top