Les chroniques

Trois filles en colère, par Isabelle Pandazopoulos

Bonjour, 

On se retrouve aujourd’hui pour une chronique sur un livre bien différent de ce que je lis à l’ordinaire. Il s’agit du roman (épistolaire) d’Isabelle Pandazopoulos. Nous la retrouvons avec ses Trois filles en colère

Pour commencer, je vous propose de découvrir quelques informations sur cet ouvrage…

Titre : Trois filles en colère

Auteure : Isabelle Pandazopoulos

Prix : 13.50 €

Maison d’édition : Gallimard Jeunesse

Résumé :

« 1966, un vent de révolte commence à souffler sur le monde.

À Paris, Suzanne l’insoumise étouffe dans une famille bourgeoise qui n’attend que de la voir bien mariée. À Berlin-Ouest, la timide Magda espère éperdument retrouver sa famille qui vit de l’autre côté du mur, à l’Est. Au même moment, dans une Grèce écrasée par la dictature, la farouche Cléomèna tente de gagner sa vie en faisant la servante alors qu’elle rêve d’université et de lecture sans fin. Dans cette Europe meurtrie, elles ont un rêve commun : tracer leur chemin, découvrir l’amour et devenir des femmes libres. »

Mon avis ?

J’avais délaissé depuis longtemps ce genre, et c’est avec plaisir que je me suis replongée dans un récit historique. Trois filles en colère est toutefois bien singulier dans sa forme. En effet, le roman est porté par des lettres, uniquement des lettres. Cet aspect renforce et donne une voix bien plus intime à l’histoire.

De quoi est-il question ? 

L’histoire se situe dans les années 1966 à 1968 – autant dire que l’Europe est agitée de tous les bords à cet instant -. Il est alors question de trois filles : Suzanne, Madga, Cléomèna. A travers leurs plumes, nous faisons connaissance avec ces jeunes filles. Tout d’abord, il y a Suzanne, Suzanne l’intrépide, une jeune femme chérissant la liberté, les plaisirs simples et l’indépendance ; puis, il y a Madga, Magda la secrète, une demoiselle réservée, allemande, vivant constamment sous surveillance et contrôle ; enfin, il y a Cléomèna, une grecque réfugiée en France à cause de la dictature mise en place dans son pays natif. Rapidement, nous en apprenons plus sur leurs vies, leurs passés, leurs secrets mais surtout nous entrapercevons leurs colères grandissantes. Elles qui n’étaient que des enfants vont grandir, et devenir femmes.

Des voix porteuses d’histoires…

C’est extrêmement intéressant de découvrir l’ambiance pré-révolutionnaire, et mai 1968 à travers elles. Nous n’avons pas l’impression de lire une histoire sur mai 68, nous la vivons ! C’est une grande force du récit. Par ailleurs, les personnages sont extrêmement intéressants. En effet, ces trois filles sont différentes, notamment à cause de leurs passés respectifs et de leurs conditions de vie diverses. Toutes portent sur leurs épaules un héritage lourd suite à la deuxième guerre mondiale. Elles doivent donc apprendre à vivre avec alors qu’un mouvement de révolte se lève et que leur colère gronde. Vont-elles se révolter contre l’avis de leurs parents, et le danger qui les guette ?

L’auteure a réussi à mettre en place une tension latente dans son histoire, grâce aux passés lourds des familles des filles. Elle nous plonge non pas dans une histoire, mais des histoires bel et bien liées à l’Histoire. C’est extrêmement bien ficelé et mené.

Trois femmes, trois histoires, pourtant une même rage.

Au fil des pages, nous nous prenons de passion pour ces filles, pour leurs histoires quotidiennes, pour leurs premières découvertes de l’amour, de la philosophie mais aussi du combat politique.

Les points de vue alternent. Mais, une ligne directrice se suit : celle des combats qui font rage en France et en Europe ; celle d’un changement profond du système, du gouvernement, des mentalités ; celle des voix qui se lèvent ; celle de la volonté de connaître la vérité sur soi, sur ses aïeuls, sur sa propre histoire, même si ô combien elle peut être dur à porter.

Un éventail de personnages au service de la cause…

Pour compléter le tableau, d’autres interlocuteurs viennent participer à l’ouvrage : le jeune Don Juan Marcel, les deux mères de Suzanne et Magda… Tant de personnages qui ont eux aussi de belles choses à nous dire.

En résumé

C’est un récit émouvant, prenant et qui fait réfléchir sur notre propre condition. C’est un bel ouvrage à mettre dans les mains de nos ados mais aussi de nous, adultes.

J’aime l’Histoire, et notamment celle de l’Allemagne au XXe. J’ai été servie. De plus, moi qui aime les romans qui nous poussent à réfléchir sur nous-même, je n’ai pas été déçue !

Certes, ce n’est pas le livre qui vous mettra dans une transe de lecture. Ce n’est pas non plus un livre rempli d’actions et de dialogues. Mais c’est une belle découverte à faire. Les personnages nous parlent, nous questionnent, et nous font grandir à travers leurs étapes de vie. De quoi vous remettre en question…

Alors que pensez-vous de ce livre ? Avez-vous envie de le découvrir ? 

Ce sera tout pour moi aujourd’hui. 

A très bientôt, et d’ici là, portez-vous bien 😉 !

Clémence.

Clémence
<p>Rédactrice et administratrice du blog.</p> <p>Une amoureuse des livres, au service d'autres amoureux des lettres !</p>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top