Les conseils d'écriture

#Conseils en vrac : Cinq conseils pour réussir une collaboration

Bonjour les amoureux des lettres, c’est squatteur san au stylo et aujourd’hui nous nous retrouvons pour un nouvel article conseils. Malgré ce titre aguicheur, ce n’est pas cinq conseils pour réussir votre collaboration que je vais vous donner, mais quelques conseils pour que celle-ci se passe dans les meilleurs conditions possibles.
J’aimerais préciser deux choses avant de débuter cet article. La première est qu’il y a différents types de collaboration. Ici, je ne parlerai que des collaborations d’auteurs qui écrivent à plusieurs mains. Ensuite, je n’ai pas la science infuse et je ne donnerai que cinq conseils non-exhaustifs, donc n’hésitez pas à partager vos conseils et expériences dans les commentaires.
Cela étant dit, commençons sans plus attendre avec les différentes astuces.

Conseil N°1 : Se mettre d’accord en amont

De bonnes fondations aident toujours à une meilleure construction, c’est un fait. La co-écriture est un long voyage. Bien s’y préparer est préférable.
Premièrement, il est essentiel d’avoir des objectifs communs. C’est une évidence mais quand vous vous lancez dans une co-écriture, il n’est pas rare que vous ayez beaucoup de buts personnels mais aucun, en commun. Ce peut créer certains malentendus par la suite. Donc faîtes attention à être sur la même longueur d’ondes dès le début.
Il y a beaucoup de détails qui paraissent évidents ou faciles à régler, mais qui peuvent devenir assez problématiques si vous n’en discutez pas dès le début.  Par exemple les  des scènes horreur, d’érotismes ou autres questionnements éthiques qui seront possiblement présents dans l’oeuvre. Qu’est-ce que vous ne voulez surtout pas écrire ou lire dans une de vos récits?  Si il y a des sujets sensibles que votre coauteur ne veut pas faire ou lire et que vous ne le saviez pas.

Avant de vous lancer, il est toujours bon de se mettre d’accord sur certains points et pas seulement sur des sujets tel que le scénario,  la correction, le style etc. Par exemple la simple questions du temps, quand et combien de temps pourriez vous accorder à cette oeuvre? Si vous vouliez accorder des heures à cette histoire et votre partenaire voulez passer une heure.
Par conséquent, afin d’éviter des quiproquos, et ce toujours avant de commencer l’écriture, je vous conseille d’effectuer quelque actions basiques telles que :  se fixer quelques règles de savoir-vivre basiques, savoir quelles sont vos disponibilités, se donner des droits de veto etc.
Je ne dis pas par là qu’il faut tout prévoir à l’avance, mais juste dès le début avoir le maximum compromis et être au moins d’accord sur vos désaccords.

Conseille N°2 : Connaître son partenaire

Je sais, elle fait un peu docteur love cette astuce . Mais sans nécessairement être un grand ami, il est essentiel de bien connaître la ou les personnes avec qui vous collaborez . Pour éviter des surprises, il faut savoir si la personne est par exemple un flemmard, a de grosses pannes d’inspiration  un caractère difficile  ou est hyper sensible… Connaître aussi son style d’écriture a son importance. Par exemple, savoir si il ou elle fait des fautes, a un style brut ou classique, possède un vocabulaire riche ou vulgaire etc.  Encore une fois toujours dans l’optique de provoquer le moins de surprises possibles et de partir sur des bases saines. 
J’exprime encore une évidence mais il y a trois grandes raisons qui poussent à une collaboration : l’intérêt , l’amitié ou une appréciation mutuelles de vos styles d’écriture. Quand trois ou deux de ces raisons sont réunies : c’est l’idéal. Parce que dans ces cas précis vous  auriez dés le débuts au moins des objectifs communs et une bonne connaissance de votre partenaire. Mais s’il y en a qu’un seul de ces critères et que vous lancez dans cette initiative sans connaître les autres éléments, votre projet peut avoir des bases bancal.

Conseille N°3 : S’armer de patience 

L’écriture est une longue route, un long travail, à deux ces soucis sont certes divisés par deux mais multipliés par cent. Donc la patience est de rigueur, en cas de quiproquo, de panne d’écriture, de problèmes de scénario/technique, de soucis personnels, de prises de tête et j’en passe, le calme restera votre meilleur atout.

Conseil N°4 : Mettre son ego de côté

Tous les auteurs ont un fort ego , c’est juste la forme et la façon dont il s’exprime qui change, ainsi que sa taille. Rien n’est pire qu’une guerre d’ego. Certains peuvent être positifs mais quand il y en a trop, cela crée des excès d’orgueil et des animosités. Collaborer c’est parfois accepter de s’effacer, ce qui, quand on a trop d’orgueil est dur.
En bref, faire des concessions, mettre parfois de côté son orgueil, c’est un autre secret des partenariats réussis.

Conseil N°5 : Amusez-vous

En bref, c’est une longue route mais il ne faut pas oublier l’essentiel : le plaisir d’inventer une histoire à plusieurs. Sortir de la solitude qu’est l’écriture et partager vos énergies créatrices. Le principal est et reste de s’amuser entre auteurs.
Au cours de ce article, je n’ai pas donné de conseils vraiment positifs, j’ai enchaîné les mises en gardes. Mais, j’ai souvent écrit à plusieurs mains et même s’il y a parfois eu des instants difficiles, j’en garde des moments de joie et des expériences intéressantes.  Je tenais à le préciser si mes conseils vous ont rebutés.

Désir de rêveur

Desir De Reveur
<p><em>Rédacteur et squatteur du blog à le petite semaine.<br /> </em></p>
https://www.youtube.com/channel/UC62XcZ3cjRremftRy5FP4iQ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top