Lecture Les chroniques

November 9, par Colleen Hoover

Bonjour à tous, 

On se retrouve pour une nouvelle chronique ! Aujourd’hui, c’est Colleen Hoover et son roman November 9 qui passent à la casserole. 

Commençons par les petits basiques…

Titre : November 9

Auteure : Colleen Hoover

Prix : 17 € (il existe cependant une version poche plus abordable)

Maison d’édition : Hugo Roman

Résumé : 

« Quand l’amour s’écrit au futur…

Fallon et Ben se rencontrent par hasard alors que leur vie est en train de changer. 

La jeune femme est sur le point d’aller s’installer à New York où elle espère poursuivre une carrière d’actrice au théâtre. Ben veut devenir écrivain. 

Ils se croisent comme des étoiles filantes mais l’intensité de ce qu’ils partagent les pousse à se fixer un rendez-vous annuel, le neuf novembre. 

Fallon devient alors la source d’inspiration du roman de Ben. Chaque rendez-vous est une mine d’informations pour lui et, pour tous les deux, c’est le moyen de faire le point sur leur vie. 

Jusqu’au jour, un neuf novembre évidemment, où Fallon se met à douter de ce que Ben lui raconte sur lui-même. Peut-il avoir inventé sa vie comme un roman ? Et pourquoi ferait-il une chose pareille ? »

Mon avis ?

Colleen Hoover a le don pour me faire passer par mille émotions. A chaque nouveau roman, je suis emportée par une marée de bouleversements. Cette auteure m’étonne voire m’épate. Elle se renouvelle en permanence si bien qu’aucun de ses livres ne se ressemble. November 9 n’échappe pas à cette tradition. L’écrivaine présente un récit haletant, beau et rempli de rebondissements. Mon cœur a été mis à rude épreuve, notamment vers la deuxième partie du livre. J’ai sursauté, balbutié et été émue par ses mots.

De quoi est-il question alors ?

Dans ce récit, Colleen Hoover développe deux personnages bien distincts. Tout d’abord, il y a Fallon. Fallon l’éphémère. Fallon qui vit avec des cicatrices marquées à jamais sur son corps et sur son âme. Cette jeune femme a vu sa carrière d’actrice être réduite à néant à cause d’un incendie. Ce dernier lui a tout pris : sa confiance en elle-même, son rêve, sa vie amoureuse. Mais au cours d’un dîner tumultueux avec son père, elle fait la rencontre de Ben, Ben l’écrivain, Ben qui la sauve des griffes de son papa. Les deux apprennent à se connaître. Ils se plaisent, se cherchent, s’observent. Néanmoins, l’horloge les guette. Fallon doit partir pour New York le soir même. Les deux décident alors de se revoir chaque 9 Novembre : même jour, même heure, même lieu. Ce manège doit durer cinq ans. Cinq ans avant que les deux ne puissent tenter l’aventure de l’amour. A partir de ce moment, nous découvrirons leurs rencontres, leurs évolutions professionnelles et les péripéties se mettant sur leur chemin. Finiront-ils ensemble ? C’est la question qui nous taraude tout au long de la lecture !

Un roman des plus touchants… 

Il y a plusieurs choses qui participent à la beauté du récit. Tout d’abord, l’histoire entre les deux personnages. Se rencontrer uniquement une fois par an, sans avoir de contacts pendant tout le reste de l’année, sans savoir si l’autre a trouvé l’amour, sans savoir s’il est encore vivant, c’est une sacrée belle intrigue comme on les aime ! De plus, pour renforcer le suspens et le mystère, l’auteure ne raconte QUE ces rendez-vous du 9 novembre. Ainsi, nous sommes dans la même position que les personnages, nous ne savons pas ce qu’ils font entre deux rencontres. Puis, ce qui est très beau, c’est que l’auteure (comme souvent) pense à construire un passé aux personnages, et ce dernier a des conséquences sur le présent. C’est très bien mené et l’histoire paraît plus authentique que jamais. A cela s’ajoute une plume efficace, percutante et d’une douceur extrême. Enfin, pour finir le tout, l’auteure a prévu des rebondissements pour mieux perturber nos cœurs. Un conseil pour les plus sensibles : accrochez-vous… !

Des héros humains…

C’est vrai, on l’oublie souvent mais dans les romances, il est souvent question de filles magnifiques et de mecs mannequins. Ne nous le cachons pas ! Ce qui est touchant ici, c’est que l’héroïne porte sur elle des cicatrices proéminentes. Elle qui était sublime a vu sa côte de beauté chuter bas. Il lui faut alors réapprendre à s’aimer, peu importe de quoi est marqué son visage. C’est un sujet qui nous parle à tous. Bien que nous ne portons pas tous de grosses cicatrices, il est parfois difficile de se sentir bien dans son corps. C’est beau de voir une héroïne se battre contre elle-même pour se reconquérir. Quant à Ben, il reste très mystérieux et très secret. Ce n’est que tard que nous en apprenons davantage sur lui. Mais quel homme ! Je ne vous dit pas plus. 😉

Des petits points plus problématiques… 

Il y a quelques points qui peuvent faire bisquer certains, et notamment les plus septiques en amour ! L’idée de ne se voir qu’une seule fois par an est extrêmement romantique, mais pour certains, cette intrigue peut paraître irréalisable. De plus, Ben aurait demandé à être mis davantage en avant. Je reste assez frustrée de le connaître aussi peu. Enfin, comme toute bonne histoire d’amour, il y a certains clichés mais qui font partie de la magie Colleen Hoover, n’est-ce pas ?

En résumé… 

C’est une très belle histoire qui ne manquera pas de vous émouvoir et de vous faire réagir. Je l’ai aimée, appréciée, adorée ! C’est un roman que l’on dévore à grande vitesse et qui émeut nos cœurs de marshmallow. Les personnages sont attachants, l’histoire est émouvante, et le tout est raconté par une plume de velours. Si vous êtes en manque d’amour et de tendresse, foncez !

Alors qui l’a lu ? Qui est tenté ? 

A très bientôt et d’ici là, portez-vous bien !

Clémence.

Clémence
<p>Rédactrice et administratrice du blog.</p> <p>Une amoureuse des livres, au service d'autres amoureux des lettres !</p>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top