Actualités Des réflexions littéraires Wattpad_Academy

Auteur, métier d’avenir ?

Auteur un métier d’avenir ? Sûrement pas !

Nous sommes nombreux à nous dire qu’il serait sympa de pouvoir vivre de notre plume. Si vivre de l’écrit est possible, vivre de ses romans est un tout autre combat 😉

Et c’est un combat de plus en plus difficile d’ailleurs. Explications.

On l’a déjà dit, en France, on croule sous les livres. En se basant sur les chiffres de la BNF et du dépôt légal, on découvre que près de 70 000 nouveaux dépôts de livres ont été effectués en 2017 (81 000 en 2018 !!). C’est un joli chiffre qui tient en partie compte des autoédités. On ne parle ici que de livres papiers. En 2 004 le nombre de dépôts était d’environ 60 000, ce qui représente déjà une belle progression (16%). On pourrait se dire que c’est une bonne chose (et d’ailleurs ce n’est pas une mauvaise chose). Mais cela induit aussi un phénomène naturel lorsque le lecteur se pointe en librairie pour acheter un livre : un choix plus important pour un nombre de lecteurs qui ne croit pas aussi rapidement et dont le portemonnaie a plutôt tendance à s’appauvrir.

En parallèle, le Chiffre d’Affaire (l’argent gagné de la vente de livres) des éditeurs n’a augmenté que de 6% sur la même période et le nombre d’exemplaires vendus est quasi stable aux alentours de 430 millions de livres vendus.

Là où on constate une véritable différence, en revanche, c’est sur le nombre de références (donc de livres différents) vendues. En 2004, il y a eu un peu plus de 423 000 références contre 737 500 en 2017. C’est une progression de 74% !!

En faisant une moyenne bête (et pas très réaliste il faut bien l’avouer) on passerait donc d’un revenu en droits d’auteur par référence d’environ 1 000€ en 2004 à 650 en 2017. Une baisse impressionnante. Mais ce n’est pas si simple. D’abord parce que tous les livres n’engendre pas le même montant en droits d’auteurs, mais surtout parce que chaque référence n’est pas du tout vendue de façon égale. Ceci dit, ce chiffre donne déjà une idée de la baisse de revenu en 13 ans. 

Autre chiffres édifiants : 81 286 auteurs gagnaient moins de 8 784€ par an. Ce chiffre correspondant au plafond d’affiliation à l’AGESSA (un organisme équivalent à la sécurité sociale des auteurs) ne tient pas compte d’une très large majorité d’autoédités cette fois.

Un dernier chiffre avant d’en finir avec cet article ? Le nombre d’exemplaires imprimés par les éditeurs a en moyenne également baissé (logique finalement) d’environ 30% entre 2004 et 2017.

Le métier d’auteur n’est donc manifestement pas vraiment le moyen le plus simple pour s’enrichir. Ni même un bon moyen de gagner sa vie en réalité. Tout le monde s’en doutait, certes, mais maintenant vous avez des chiffres !

Et pour ceux qui s’imagineraient que l’herbe est plus verte ailleurs, sachez que les auteurs américains ont vu leurs revenus baisser de 42% depuis 2009 et les canadiens de 78% depuis vingt ans…

Wpacademy
<p>La wattpad academy est un collectif bien intentionné sévissant sur... Wattpad, dans le but d'aider les auteurs à progresser et découvrir le monde du livre. Nos articles sont principalement rédigés par Dario, mais parfois aussi par d'autres membres de l'équipe ;)</p>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top