Les chroniques

SP: PHOBIE de Alison Segond

Bonjour les amoureux des lettres. Aujourd’hui, nous nous retrouvons pour une chronique de Phobie, un thriller. C’est aussi le spin-off d’une histoire que j’ai déjà critiquée, Revanche. Je vous invite donc à la découvrir ou la relire avant de commencer celle-ci.

Résumé :
Quelques semaines après l’arrestation du Boucher, le calme semble revenir au commissariat d’Augusta. Mais un nouveau cadavre est retrouvé dans sa propre cave. Le pauvre homme vient d’expérimenter une ancienne méthode de torture médiévale : le supplice du rat. 
Aussitôt, Megan et Dean sont placés sur l’affaire, espérant résoudre l’enquête rapidement – et surtout, avant que la rumeur d’un second tueur en série sème la panique en ville.


Afin de mieux vous exposer mon avis, je vais diviser ma critique en trois parties pour parler de trois points précis du récit : Le scénario, la narration et les personnages.

Un scénario bien construit

Commençons avec le début, comme annoncé dans le résumé l’histoire se déroule quelques semaines après l’arrestation du boucher, le tueur en série du premier tome. L’apparition d’un deuxième tueur en série dans un laps de temps aussi court peut être inquiétant pour la population. Par conséquent, il est encore plus urgent de l’arrêter, rajoutant ainsi de la tension à l’intrigue principale.
Ensuite, la façon dont le tueur tue est intrigante. Il assassine les victimes en les faisant faire face à leurs plus grandes peurs.
Un autre point du scénario qui, par contre, me laisse de marbre est la romance entre Dean et Megane. Elle prend trop de place à mon goût. Toutefois, cette sous-intrigue rajoute une intensité dramatique, notamment lorsqu’un de ces deux héros est en danger de mort. Mais, cette histoire d’amour rajoute d’autres sous-intrigues qui alourdissent la trame principale de l’oeuvre rendant la lecture compliquée.
En outre, l’histoire est divisée en deux parties : l’enquête et la course poursuite. La première partie est assez longue. J’ai eu du mal à accrocher malgré la présence de plusieurs péripéties intrigantes. La deuxième partie, quant à elle, rajoute une bonne dose d’actions et de suspens malgré la présence de certaines longueurs. En somme, le scénario tient la route. L’enquête suit une certaine logique. Et pourtant… j’ai eu du mal à accrocher à l’histoire. Non pas à cause des éléments de l’intrigue, mais de la façon dont ils sont racontés.

Un narration confuse

Bien que cette narration, ne soit pas mauvaise, elle est quelque peu confuse. L’histoire est racontée à la troisième personne, mais je n’arrivais pas à suivre le fil des scènes d’actions, de combats ou d’accidents.
La façon qu’a l’auteure de présenter ses personnages favorise cette confusion. Il y a beaucoup de personnages et la narratrice les présente trop souvent par leurs prénoms, sans forcément rappeler de qui il s’agit ce qui m’a parfois perdu. Elle fait aussi très peu de rappels physiques même simples, comme la brune, le blond, le grand etc. L’auteure aurait aussi pu présenter les protagonistes par leurs statuts plus régulièrement : le capitaine, le frère de, la mère de etc. Comme j’ai du mal avec les prénoms, il me fut parfois difficile de savoir qui était qui. Dans certaine scènes, j’étais dans le flou total.
Un autre détail prêtant à confusion, c’est la façon de planter le décor. J’ai eu du mal à comprendre où les protagonistes se situaient puisqu’il manque des descriptions de lieux.
Néanmoins, la narration possède des qualités. Par exemple, les dialogues sont clairs. Je n’ai jamais eu à chercher qui parlait. Le ressenti des personnages est aussi limpide. Je pouvais deviner dans quel état émotionnel, ils se trouvaient dans la plupart des situations.
La présentation des scènes de crimes est précise. J’arrivais à comprendre facilement l’horreur des crimes commis.
Il y a aussi beaucoup d’explications psychologiques sur le comportement des criminels. L’héroïne a un diplôme en criminologie, si je ne me trompe pas. Par contre, par moment, ces argumentations étaient superflus.
Le dernier point qui m’a dérangé dans la narration, est les références à Lexi, héroïne du tome précédant. Ses évocations sont beaucoup trop nombreuses.

Un fantôme et une équipe

Commençons par le personnage principal, Megane, qui est aussi la meilleure amie de Lexi. Elles ont passé leurs diplômes de criminologie ensembles et sont amies depuis cette époque. Megane s’est souvent comparée à son amie dans le récit, ce qui était agaçant.
Pour ceux qui ont lu la critique précédente, Lexi est un personnage que je trouvais antipathique et froide. Mais ce qui m’a dérangé c’est que son fantôme est déjà très présent, elle est l’héroïne de l’oeuvre précédente, donc la comparaison se fait déjà de façon automatique, nul besoin d’en rajouter.
Mais je comprends l’idée qui était de renforcer la fragilité et l’insécurité qu’avait déjà Megane. Ce sentiment est dû à un traumatisme passé qui nous a très vite été présenté dans Phobie. Bien que l’on comprend qu’elle reste une femme indépendante et forte, son coéquipier lui sera d’une grande aide.
Dean est un ancien militaire reconverti en lieutenant de police, le même grade que Megane. Dean montre dès le début des sentiments pour Meg et se montre très protecteur avec cette demoiselle, qui est une rebelle dans l’âme et qui a du mal à faire confiance. Sa patience et son calme lui sont donc d’une grande aide pour faire équipe avec elle. Son passé difficile le rapproche de Mégane et lui permet d’apporter une autre forme d’aide à sa coéquipière.
Je ne vais pas vous parler des autres personnages. Toutefois, généralement ils sont toujours utiles et intéressants. J’ai même aimé les apparitions de Lexi qui est assez drôle dans sa façon d’être. Je ne me suis pas forcément attaché à eux mais ils sont sympathiques.

Conclusion :
L’oeuvre a beaucoup de qualités, mais des détails m’ont empêché d’accrocher. La première partie est trop longue, sans oublier la confusion présente dans la narration.
Il y a aussi des redites avec le premier tome (avec la présence trop importante du fantôme de Lexi). Megane semble ainsi mimer cette dernière.
Enfin, j’ai deviné rapidement l’identité du tueur, l’historie m’est donc apparue prévisible ce qui m’a quelque peu gâché la lecture. Mais, bien sûr, ce n’est que mon humble avis, et ce ne sont que des détails. Dans l’ensemble, le récit est bien construit et logique.

Désir de rêveur

Desir De Reveur
<p><em>Rédacteur et squatteur du blog à le petite semaine.<br /> </em></p>
https://www.youtube.com/channel/UC62XcZ3cjRremftRy5FP4iQ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top